Colloque, 17-18 janvier 2018 : « Assurance, prévoyance t assurance au prisme de la Grande Guerre et d’un changement de paradigme, fin XIXe-années 1920

ASSISTANCE, PREVOYANCE, ASSURANCE AU PRISME DE LA GRANDE GUERRE ET D’UN CHANGEMENT DE PARADIGME (fin XIXe-années 1920)

Colloque organisé par l’Institut de sciences juridique et philosophique de la Sorbonne ISJPS-CNRS (UMR 8103) – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Programme Pluriannuel de Recherche PPR « Assurance et Société »

*          *          *

 MERCREDI 17 JANVIER

9h00 – Accueil

 9h15-10h00 : Ouverture Allocutions de Georges Haddad, Président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Gilles Wolkowitsch, Secrétaire général de la Fédération Française de l’Assurance – FFA

10h00-10h15 : Propos introductifs de Nelly Hissung-Convert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Raymond Dartevelle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, organisateurs du Colloque.

*          *          *

Quel paradigme ? L’Etat social et la culture juridique à l’épreuve de la guerre

Sous la présidence de Judith Rainhorn, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

10h15-10h35 : Vincent Viet, Cermes3

La Grande Guerre et le développement de l’Etat protecteur.

10h35-10h55 : Fatiha Cherfouh, Université Paris-Descartes

Le droit social : cheval de Troie du socialisme ? (fin XIXe-1920).

            10h55-11h20 : Discussions

Pause (11h20-11h30)

 11h30-11h50 : Charlotte Broussy, Université de Montpellier

Le développement du contrat d’assurance populaire en France au prisme de la Grande Guerre.

11h50-12h10 : Stéphane Zygart, Université Charles de Gaulle, Lille 3

Travailleurs et Anciens Combattants : les droits des mutilés de la Première Guerre Mondiale.

            12h10-12h40 : Discussions

 *          *          *

Pause méridienne

 *          *          *

Etat et organisation privée face aux risques et réparations : entre paix et guerre

Sous la présidence de Christophe Prochasson, Ecole des hautes études en sciences sociales – EHESS – Paris

 

14h30-14h50 : Anne Rasmussen, Université de Strasbourg

Le risque « maladie » dans l’Armée, entre paix et guerre : évaluation, régulation, réparation.

14h50-15h10 : Guillaume Richard, Université Paris-Descartes

Une comparaison des régimes de dommages de guerre : le rôle de l’Etat (France) et de l’assurance privée (Angleterre) en matière de barèmes et d’indemnités.

15h10-15h30 : Céline Paillette, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Prévenir le risque épidémique : information, diplomatie et organisations internationales à l’aune de la Grande Guerre.

            15h30-16h00 : Discussions

Pause : 16h00-16h15

 16h15-16h35 : Mélanie Fabre, EHESS – Paris

Charité privée ou assistance publique ? Dick May et son Orphelinat des Armées au cœur des controverses.

16h35-16h55 : Clément Collard, Sciences Po – Paris

La rééducation professionnelle des mutilés français de la Première Guerre mondiale entre résistance de l’assistance privée et rationalisation par l’Etat (1914-années 1920).

             16h55-17h30 : Discussions

 *          *          *

 JEUDI 18 JANVIER

 9H00 – Accueil

                    Statistique mathématique et actuariat au service d’un changement de paradigme

Sous la présidence de Nicolas Leboisne, Université Claude Bernard – Lyon 1

 9h15-9h35 : Laurent Mazliak, Université Pierre et Marie Curie – Paris 6

Assurance et sociologie au sortir de la Grande Guerre : du bon usage de la statistique mathématique. La rencontre entre Maurice Fréchet et Maurice Halbwachs à Strasbourg (1920-1925).

9h35-9h55 : Michel Armatte, Université Paris-Dauphine

Après 1914 : nouvelle génération d’actuaires experts et nouvelles problématiques : en suivant les parcours de René Risser et Paul Razous.

9h55-10h15 : Mathias Cléry, Université Pierre et Marie Curie – Paris 6

Des mathématiciens à la conquête des sciences actuarielles : les parcours de H. Galbrun et J. Dubourdieu de l’ENS, au CNAM et à la banque Paribas, années 1920-1930.

             10h15-10h45 : Discussions

              PAUSE : 10h45-11h00

 11h00-11h20 : Luc Berlivet, Cermes3 CNRS-Inserm / EHESS-UPD

Epidémiologie et statistiques. La lente institutionnalisation des approches numériques de la santé en Europe et aux Etats-Unis (années 1880-années 1930).

11h20-11h40 : Martin Lengwiler et Claus Musterle, Université de Bâle

Entre suspension et renforcement : les réseaux internationaux d’actuaires et leur transformation par la Première Guerre Mondiale.

             12h00-12h30 : Discussions

 *          *          *

 Pause méridienne

 *          *          *

                         Prévision et régulation face à la question sociale, de l’Etat-nation aux organisations internationales

Sous la présidence de Olivier Dard, Université Paris-Sorbonne – Paris 4

 14h00-14h20 : Claire Araujo da Justa, Université Paris Nanterre

A l’aube d’un changement de paradigme ? Assistance, Prévoyance et Assurance dans les débats parlementaires franco-italiens d’avant-guerre.

14h20-14h40 : Cyrille Marconi, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Réorganisation du traitement du chômage : entre disparition de l’assistance par le travail et réflexions sur l’assurance-chômage (1890-1930).

             14h40-15h10 : Discussions

 PAUSE : 15h10-15h20

15h20-15h40 : Isabelle Lespinet-Moret, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Prévoir, assurer et réguler le travail, un projet global pour l’Organisation internationale du travail de reconstruction des relations sociales.

15h40-16h00 : Ingrid Liebeskind, Université de Genève

Le chômage : un enjeu réformateur, de la « question sociale » à la fin du XIXe siècle, au « problème du chômage » envisagé par l’Organisation internationale du travail durant les années 1920.

            16h00-16h30 : Discussions

16h30-17h00 : Conclusions de Raymond Dartevelle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ISJPS-CNRS).

*          *          *

Cocktail de clôture : 17h00

 *          *          *

Colloque réalisé dans le cadre du Programme Pluriannuel de Recherche

« Assurance et Société. Historicité des savoirs et pratiques de l’interdisciplinarité »

Convention de recherche entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et

la Fédération Française de l’Assurance – FFA

 Organisation scientifique du colloque

Raymond Dartevelle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne  raymond.dartevelle@gmail.com

Nelly Hissung-Convert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

nellyconvert@yahoo.fr

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Institut de sciences juridique et philosophique de la Sorbonne ISJPS-CNRS (UMR 8103)

LIEU ET ADRESSE DU COLLOQUE

Institut nationale d’histoire de l’Art : 2, rue Vivienne (Galerie Colbert)  – 75002 Paris

Venir à l’INHA :

Par les transports en commun :

– Stations de métro les plus proches : Palais-Royal-Musée du Louvre (lignes 1 et 7), Bourse (ligne 3) ou Pyramides (lignes 7 et 14).

– Les arrêts des lignes d’autobus no 29 (Bibliothèque nationale, Mairie du IIe ou Victoires) et no 39 (Sainte-Anne-Petits-Champs) sont à proximité.

En voiture : le parking le plus proche est situé place de la Bourse.

Galerie Colbert
L’accès à la galerie Colbert se fait soit par le 2, rue Vivienne, soit par le 6, rue des Petits-Champs, Paris 2e.
 INFORMATION ET INSCRIPTION OBLIGATOIRE

ISJPS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 9, rue Malher – 75004 Paris

tél. 01 44 78 33 61 – e-mail : isjps@univ-paris1.fr

 

Argumentaire du Colloque :

L’Assistance, la Prévoyance et l’Assurance, qui structurent l’histoire de nos sociétés contemporaines, ont conditionné une expérience humaine et une connaissance historique. Replacée dans la longue durée, chacune des trois notions a déjà fait l’objet de travaux de recherche, qui laissent cependant inexplorés ou insuffisamment travaillés de nombreux champs d’enquête : le renouvellement méthodologique en sciences humaines et sociales, comme en histoire des sciences ouvre en effet des perspectives d’analyse nouvelles, susceptibles d’aider à mieux comprendre l’interaction, la transformation, les formes d’hybridation et la place contemporaine de l’assistance, de la prévoyance et de l’assurance. C’est dans cette perspective que s’inscrit le colloque organisé à Paris les 17 et 18 janvier 2018.

 

Analyser les notions d’ « Assistance – Prévoyance – Assurance au prisme de la Grande Guerre et d’un changement de paradigme » implique de prendre acte de la rupture culturelle majeure sans précédent que représente la première guerre mondiale. Celle-ci est associée à l’entrée nouvelle de la violence de masse. La « brutalisation des sociétés européennes » (G. Mosse) a eu une répercussion considérable et immédiate, notamment sur l’analyse du risque, la démographie, la place des « sciences de guerre », le rôle de l’Etat et la relation entre une science de la connaissance (actuariat) et son usage politique. L’ampleur des changements démographiques, la puissance de l’hécatombe (pertes humaines), le nombre jamais atteint jusqu’alors de grands blessés, mutilés, et d’invalides de guerre, les questions d’hygiène (lutte contre la tuberculose notamment) ont fait passer au premier plan les sciences médicales et la recherche scientifique, remettant en question le magistère du droit dans la réflexion sur l’invalidité et le pensionné par exemple. De fait, face à de tels bouleversements, l’assistance, y compris celle délivrée par la Croix Rouge, devient conjoncturellement une forme d’accompagnement mieux adaptée, au détriment de la forme contractuelle classique de l’assurance pour se protéger des aléas et accompagner une reconstruction. De même, ces bouleversements ont redonné toute sa place à l’Etat, et ouvert une place centrale aux organisations transnationales et institutions internationales (OIT, SDN…), conduisant par là-même à s’interroger sur la Grande Guerre comme révélateur du débat récurrent relatif à la construction du caractère social de l’assurance et à l’organisation de la prévention (maladies).

 

Toutefois « plus que la rupture, l’effet révélateur que produit la guerre » (Anne Rasmussen) est porteur d’une réflexion autant en amont qu’en aval. La Grande Guerre, est incontestablement le révélateur d’un passage qui trouve son ancrage entre le début du XXe siècle, voire la fin du XIXe, et les années 1920. Celui-ci voit l’extension des savoirs scientifiques, la montée en puissance de la rationalité du risque, grâce à la maîtrise du calcul actuariel, y compris pour son usage en médecine et santé publique, la normalisation des travaux et enquêtes statistiques, le développement des mathématiques financières et l’émergence, par la voie d’ingénieurs du social et d’actuaires, d’un « esprit économétrique », liant des traditions de savoir antagonistes : économie, mathématique et statistique.

 

Ainsi, en amont, peut-on voir dans la « longue stagnation » du dernier tiers du XIXe siècle, avec ses nombreuses faillites, la montée de la précarité sociale et ses conséquences directes en termes d’assistance (cf. fonction des nombreuses ligues et associations féminines), un des soubassements conjoncturels des changements qui ont émergé de la Grande Guerre ; le « moment 1900 », quant à lui, est associé à une autre question majeure : celle des régulations sociales et juridiques, posée avec acuité par des juristes sensibles à la démarche sociologique et historique dans l’objectif de donner toute son ampleur à l’observation des faits sociaux et de contribuer au renouveau de la doctrine juridique (autant dans le domaine civil que dans ceux du travail et du commerce). En aval, la sortie de guerre est associée jusqu’au milieu des années 1920 à la crise économique et financière avec ses répercussions sur le marché du travail et le chômage, aux très fortes tensions inflationnistes qui, en raison du bouleversement du rapport traditionnel entre revenu, épargne et rente, ont eu des répercussions directes sur les conditions de vie des familles, la prévoyance individuelle et collective. Associé à l’essor du salariat, cette conjoncture économique et financière a bouleversé les nombreuses formes et techniques de protection sociale, tant privées que publiques, qui coexistaient avant 1914 et a favorisé les nouvelles formes de régulation sociale transnationale (le rôle BIT par exemple).

 

Au regard de ces exemples, ce colloque s’inscrit dans une réflexion d’ensemble au prisme de la Grande Guerre, sur les moments porteurs de scansions, révélateurs d’enjeux et de définition du savoir (entre tradition et innovation) autant philosophique, mathématiques, juridique qu’économique et intimement associés à l’adaptation des sociétés modernes et contemporaines à la construction de la modernité. Ces moments correspondent souvent à des conjonctures particulièrement signifiantes pouvant porter un changement de paradigme (adhésion à un système de pensée et d’action dans l’ordre du savoir avec ses projections symboliques, ses modèles et valeurs).

 

Ainsi, s’agit-il de s’interroger sur l’évolution, la transformation et la représentation des trois notions d’assistance, d’assurance et de prévoyance, dans leur dimension philosophique et morale, voire moralisatrice, mais aussi éducative. Elles ont été avant la Grande Guerre au cœur d’un projet global visant à en faire une « science sociale » ; elles sont devenues, après le premier conflit mondial, des notions avant tout techniques, scientifiques et pragmatiques, comme en témoignent à la fois le développement de leur enseignement dans les nouveaux instituts universitaires créés au début des années 1920 et l’importance de plus en plus forte de l’économie et la finance dans la société.

 

En recourant à une approche résolument interdisciplinaire, le colloque posera finalement la question du rôle de la Grande Guerre dans le changement de paradigme évoqué : a-t-elle été déterminante ou n’a-t-elle été qu’un moment de conjoncture exceptionnelle ayant facilité l’adaptation nécessaire, à l’œuvre antérieurement, aux défis de la modernité ?

 

Sept grandes thématiques pourront être retenues pour traiter le sujet. Elles prendront en compte chacune dans leur domaine spécifique les écrits scientifiques, les débats au cœur des institutions et organisations (nationales et internationales) ainsi que le rôle d’acteurs essentiels (théoriciens et experts), des réseaux de sociabilité nationale et internationale, d’institutions et d’organisations transnationales  à l’œuvre dans la réflexion et la pratique de l’Assistance, de la Prévoyance et de l’Assurance.

 

 

 

 

Journée d’Etudes, vendredi 18 novembre : « Naissance d’une discipline : le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise (1884-1970) »

JOURNEE D’ETUDES

Naissance d’une discipline :
le droit des assurances, entre enseignement, pratique et expertise
1884-1970

Vendredi 18 Novembre
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
5 Place du Panthéon, 75005 Paris
Salle 1

Manifestation organisée dans le cadre de la convention de recherche entre l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne et la Fédération Française de l’Assurance-FFA. Les actes seront publiés dans la Revue d’Histoire des Facultés de Droit et de le Culture Juridique de la Société pour l’Histoire des Facultés de droit.

*****************

PROGRAMME

9 h 00 – Accueil

9h15 – Ouverture : Allocutions de M. Georges Haddad, Président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

9h30 – Propos introductifs : Raymond Dartevelle et Nelly Hissung-Convert (ISJPS – Université Paris 1) : « Des instituts privés de formation professionnelle à l’enseignement du droit et des sciences de l’Assurance ».

MATINEE

Juristes universitaires, experts du droit des assurances, assureurs et militants des grands débats assurantiels

 Président : Nader Hakim (Université de Bordeaux)

10h00 – David Deroussin (Université Jean Moulin-Lyon 3) : « Henri Capitant (1865-1937), un juriste penseur de l’Assurance en France, fin XIXe-années 1930 ».

10h30 – Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes) : « Joseph Lefort (1848-1927). Expertise et réflexions d’un inlassable promoteur du droit des assurances ».

11h00 – Pause

11h30 – Cyrille Marconi (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : « Assurances sociales ou assurance contre le socialisme ? L’engagement de Marcel Porte, mutualiste militant au sein de la faculté de Grenoble au début du XXe siècle ».

12h00 – Discussions

 APRES-MIDI

Professionnalisation de l’enseignement du droit et des sciences de l’Assurance, approches pluridisciplinaires et comparées

 Présidente : Nathalie Sigot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 14h30 – Martin Lengwiler (Université de Bâle) : « Le modèle allemand de l’enseignement des sciences assurantielles (fin XIXe-milieu du XXe siècle) ».

15h00 – Michel Armatte (Université Paris Dauphine) : « Logiques savantes et logiques professionnelles : actuaires, statisticiens, économistes et juristes face à l’assurance d’après leurs journaux (1890-1940) ».

15h30 – Nicolas Leboisne (Université Claude Bernard Lyon 1, directeur de l’ISFA) : Témoignage : « Histoire et transformation de l’Institut de science financière et d’assurance de Lyon depuis 1930 ».

16 h 15 – Discussions

16 h 45 – Clôture de la journée

 Les actes de la Journée d’Etudes seront publiés dans la Revue d’Histoire des Facultés de Droit et de le Culture Juridique de la Société pour l’Histoire des Facultés de droit.

 

**********************

Argumentaire

La naissance des disciplines juridiques et l’évolution de certaines d’entre elles dans le sens de formations de plus en plus spécialisées est un thème qui intéresse l’historiographie des facultés de droit mais aussi l’histoire des assurances et de ses institutions. La question éclaire non seulement l’histoire de la doctrine mais également la construction de la norme, les interactions entre théorie, pratique du droit et expertise.

L’histoire de la discipline contemporaine « droit des assurances » n’ayant pas fait encore l’objet d’études spécifiques, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103) propose, dans le cadre du programme pluriannuel de recherche « Assurance et Société » une Journée d’étude ayant pour ambition de faire la lumière sur la naissance de cette discipline, et d’examiner son impact sur l’évolution et la pratique du droit des assurances dans une étroite interaction entre acteurs et institutions. Cette approche se fera aussi dans le souci de situer l’essor du droit des assurances dans le contexte, non seulement du développement des chaires d’assurances (notamment au CNAM, au Collège de France notamment), mais également dans l’essor de l’enseignement académique des statistiques et de l’actuariat. Ces disciplines essentielles à l’Assurance sont enseignées dans le cadre d’instituts universitaires créés sous l’égide des facultés de droit et de sciences. Enfin une comparaison internationale avec le modèle allemand s’avère indispensable en raison de son caractère novateur en matière d’enseignement universitaire pluridisciplinaire et de professionnalisation avec la création des écoles de commerce où est enseigné le droit des assurances.

La période choisie, des années 1880 aux années 1970 doit permettre une analyse restée encore inédite d’une évolution, voire d’une transition marquant le passage d’un enseignement de législation des assurances, introduit dans les facultés de droit, à une formation juridique davantage professionnalisée se développant souvent en dehors de la sphère académique classique.

A partir de la fin du XIXe siècle, le droit des assurances, dont la question n’était auparavant traitée qu’au sein des cours de droit civil et de droit commercial ou, plus précisément, dès 1884, du cours de législation industrielle et ouvrière, devient une discipline à part entière enseignée au sein des Facultés de droit, d’instituts et écoles privés, destinés prioritairement à la formation des assureurs. A la Faculté de droit de Paris, en 1886, le cours complémentaire « Législation des assurances » est affiché sur le programme de la Licence avant la création de la chaire d’Etat en 1929, tandis que la matière est également enseignée à l’Institut des Finances et des Assurances depuis 1887 ou à l’Ecole de législation professionnelle dès 1905.

L’enseignement dispensé par les professeurs de droit dans les Facultés de droit et par les juristes et praticiens au sein de diverses institutions, notamment les Instituts universitaires, pluridisciplinaires, créés durant les années 1920-1930, comme l’Institut de science financière et d’assurance (ISFA) de Lyon fondé en 1930 par les facultés de droit et de sciences, évolue dans le sens d’une spécialisation et professionnalisation accrue. Celle nouvelle orientation, que la Grande Guerre a nettement révélée, notamment dans le domaine statistique avec la création en 1922, par les universités de droit, de sciences, de médecine et des lettres, de l’Institut des statistiques de l’université de Paris (ISUP), intègre aussi en amont les problématiques nouvelles qui accompagnent la seconde révolution industrielle, les innovations scientifiques et techniques ainsi que leurs conséquences économiques et sociales qui ont impacté la formation universitaire et professionnelle.

Durant la « Belle Epoque », ces différents acteurs, professeurs de droit et praticiens, se côtoient au sein de réseaux scientifiques (notamment les congrès) et de sociétés savantes. Leurs travaux, cours, traités, ouvrages ou articles parus dans des revues juridiques très spécialisées mais aussi dans d’autres périodiques emblématiques d’écoles de pensée, finissent par constituer un corps de doctrine à la fois théorique et pratique. Cette dichotomie du savoir en droit des assurances, entre théorie et pratique semble alors échapper à tout cloisonnement.

Au fil du temps, grâce à l’action conjointe de l’enseignement et de la production scientifique, la discipline finit par prendre ses propres marques et devient une spécialité « droit des assurances ». Le savoir, transmis par la formation au sein des facultés ou des instituts, se diffuse et devient peu à peu une véritable expertise au service des instances gouvernementales et législatives, au sein de comités consultatifs, de commissions, etc., au moment même où les grandes lois qui marquent le droit des assurances font l’objet de rapports et consultations pour leur application, marqués du sceau de la compétence de juristes français éminents. Professeurs de droit, juristes et praticiens, tels Charles Lyon-Caen, Louis Renault, Henri Capitant, Jean Appleton, Joseph Hémard, Maurice Picard ou encore Georges Paulet, César Ancey, Lucien Sicot, Paul Sumien et Joseph Lefort sont alors des experts, recherchés, appréciés et écoutés. Sollicités politiquement, les juristes doivent répondre aux questions de leur temps. A cet égard, l’assurance représente un observatoire particulièrement pertinent des enjeux et régulations économiques et sociales.

Première Journée d’Etude organisée sur ce sujet par l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne, elle doit être une première approche, un premier bilan avant des perspectives de recherches plus spécifiques. Parmi les projets envisagés, la constitution d’un corpus en droit des assurances (acteurs et réseaux), devrait constituer un fond de recherche et des matériaux d’enquêtes (bases de données) utilisables par les chercheurs, tandis que d’autres manifestations et travaux spécifiques issus directement de cette journée pourront être envisagés.

Cette Journée d’Etude sera publiée dans le cadre de la Revue d’Histoire des Facultés de droit.

La reconstitution de l’histoire de cette discipline juridique contemporaine pourra se faire autour de quatre grands axes sur lesquels pourront porter les contributions :

1. L’enseignement du droit des assurances, typologie des formations et approche comparative :

– introduction du cours de « Législation des assurances » puis de « Droit des assurances » dans les Facultés de droit de Paris et/ou de province et dans les instituts ; ses enjeux ;

– Fonctions des organismes privées (associations privées reconnues par l’Etat) et des chaires d’enseignement des assurances (CNAM notamment)

– contenu, esprit et évolution du cours ;

– l’enseignement du droit des assurances à l’étranger (étude comparative) ; apport des modèles étrangers, notamment le modèle allemand qui a impacté cet enseignement ;

– place de cet enseignement du droit en regard de deux autres enseignements piliers de la formation des assureurs : l’actuariat, les statistiques et probabilités

  1. La doctrine, son évolution et ses interactions :

– apport doctrinal des professeurs de droit et des juristes au travers de leurs travaux sur le droit des assurances ;

– relations entre la doctrine juridique et le droit des assurances : renouveau de la doctrine ; réflexion sur un champ disciplinaire ouvert aux sciences sociales ; construction de réseaux scientifiques par les juristes réformateurs.

 

  1. Le rôle normatif des professeurs de droit et des juristes:

– construction d’une expertise juridique au cœur des réseaux de pouvoir (comités et commissions, etc.)

– compétence professionnelle et pratiques d’intervention sociale

– le dialogue entre experts : l’actuaire et le juriste

  1. Une approche prosopographique:

– itinéraires et trajets de juristes, de professeurs de droit ou de praticiens, en matière de droit des assurances.

– portraits de juristes, d’assureurs et d’actuaires.

 

 

Membres du Comité Scientifique

COMITE SCIENTIFIQUE DU PROGRAMME PLURIANNUEL DE RECHERCHE – PPR
« Assurance et Société. Historicité des savoirs et pratique de l’interdisciplinarité »
*         *         *
Direction du PPR
Raymond Dartevelle
Responsable scientifique et directeur des projets de recherche Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ISJPS)
Nelly Hissung-Convert
Maître de conférences (Histoire du droit)
Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, EDS (ISJPS)
*         *         *
Olivier Dard
Professeur à l’Université Paris IV (Histoire, spécialiste des élites et réseaux politiques, économiques et des organisations corporatives)
Membre du SIRICE (Sorbonne – Identités, relations internationales et circulation dans l’Europe)
Martin Lengwiler
Professeur à l’université de Bâle (Histoire, spécialiste de l’histoire comparative des assurances privées et publiques et de la théorie actuarielle)
Isabelle Lespinet-Moret
Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Histoire, spécialiste de l’histoire de la Réforme sociale, de ses réseaux internationaux et organisations transnationales)
Membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris 1) isabelle.lespinet@orange.fr
Laurent Mazliak
Maître de conférences (Mathématiques, spécialiste de l’Histoire des mathématiques)
Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)
Vincent Viet
Chercheur au Centre de Recherche, Médecine, Sciences, Santé, Société – Cermes3 (CNRS, Inserm, EHESS et université Paris-Descartes)
Histoire, spécialiste des politiques sociales et sanitaires

Assurance et société

La thématique est celle de l’Assurance dans sa dimension historique et interdisciplinaire.
Il s’agit de traiter de thématiques actuelles sur des sujets sociétaux en débat et sur l’intervention et la représentation de l’assurance dans les champs politique, économique et juridique en replaçant l’Assurance (assurance privée, prévoyance et mutualité) dans une démarche interdisciplinaire d’ouverture aux méthodes et outils des sciences humaines et sociales – SHS, mais aussi aux sciences dites dures, comme les mathématiques.
Cette thématique est mise en oeuvre par le Programme Pluriannuel de Recherche  « Assurance et Société. Historicité des savoirs et pratique de l’interdisciplinarité », résulte d’une Convention de partenariat signée le 9 mai 2016 entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et la Fédération Française de l’Assurance. La direction des activités scientifiques du programme de recherche, rattaché à l’ISJPS (UMR 8103-CNRS), est assurée conjointement par Raymond Dartevelle, responsable scientifique et directeur des projets de recherche (ISJPS) et par Nelly Hissung-Convert, maître de conférences (ISJPS).
Ce carnet poursuit plusieurs objectifs scientifiques : créer en collaboration avec les laboratoires de recherche et centres de recherche de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne mais aussi d’autres universités françaises et étrangères, des instruments de recherche, bases de données, corpus. Le programme constitue aussi un lieu d’échanges intellectuel grâce à l’organisation de conférences, séminaires, rencontres doctorales. Enfin, il organise régulièrement des manifestations scientifiques (journée d’études – la prochaine, sur l’enseignement du droit des assurances, aura lieu le 18 novembre, à l’Université Paris 1, Centre Panthéon-, tables ronde, colloque…) qui donneront lieu à des publications, y compris numériques, dans le cas d’une revue en ligne.